Syphilis : quels sont les symptômes de l’infection ?

Labobio24 syphilis

La syphilis est une infection sexuellement transmissible (IST) très contagieuse, causée par une bactérie appelée le tréponème pâle. C’est une infection bactérienne qui se transmet généralement lors d’un rapport sexuel et qui commence par une lésion indolore. La syphilis évolue par étapes et les symptômes varient en fonction du stade de la maladie. Cette infection sexuellement transmissible peut se transmettre par divers contacts :

  • Contact sexuel (oral, anal, vaginal, verge)
  • Contact avec une lésion de la peau ( les éruptions cutanées)
  • Baisers (avec échange de salive)
  • Le sang (partage de seringues, de matériel de sniff)
  • Transmission de la mère à l’enfant

Les symptômes de la Syphilis

Les symptômes de la Syphilis varient considérablement d’une personne à une autre. Autrement dit, ils peuvent se manifester sur une personne et passer inaperçus sur une autre. Ainsi, ils évoluent au fil du temps, ce qui permet de distinguer les différents stades successifs de la Syphilis : primaire, secondaire, latente et tertiaire. Ils sont également différents d’un stade à l’autre :

Stade primaire : période d’incubation [entre 10 et 90 jours après l’infection].

Des symptômes n’apparaissent pas toujours à ce stade. Mais quand ils apparaissent, ils se manifestent sous forme d’une lésion caractéristique de muqueuses nommées chancre [un petit ulcère] non inflammatoire et non douloureux. Le chancre apparaît sur la peau ou au niveau des parties génitales [verge, testicules, vagin, anus, tétons, lèvres, bouche, gorge…] et parfois même sur d’autres parties du corps.

On observe aussi la présence de ganglions au niveau de la région inguinale [l’aine]. Ainsi, au bout de quelque temps, environ 3 à 6 semaines, le chancre disparaît, mais malheureusement la personne continue d’être porteuse de la bactérie et demeure toujours contagieuse. Si toutefois la syphilis n’est pas traitée, l’infection passe au stade secondaire.

Stade secondaire : il survient entre 1 mois et 1 an après le contact infectieux, parfois apparaissant de façon simultanée au chancre.

À ce stade, des symptômes traduisant une infection généralisée peuvent apparaître. En effet, on assiste à une diffusion générale de la bactérie dans le corps, par la voie sanguine, accompagnée par des rougeurs, de la fièvre, de maux de tête et de douleurs musculaires. Dans certains cas, la maladie entraîne des inflammations à la portée des yeux, des lésions sur le torse ou sur le dos, mais également sur les paumes des mains et la plante des pieds.

Au bout de quelque temps, les symptômes disparaîtront d’eux même sans aucun traitement, mais l’infection reste toujours présente dans l’organisme de la personne (syphilis latente) et transmissible. La maladie se situe alors dans une phase de latence.

La période de latence :

C’est une période sournoise pendant laquelle la Syphilis évolue sans qu’aucun symptôme apparaisse pendant des années bien que la maladie puisse continuer d’évoluer. Ainsi, le sujet demeure contagieux et seul un test sanguin peut déceler la présence du microbe. Ce test sanguin peut être faussement négatif chez une personne porteuse du virus du SIDA (VIH).

Cependant, on distingue la syphilis latente précoce (la première année suivant la contamination) et la syphilis latente tardive (après la première année). Lorsqu’elle n’est pas traitée, la syphilis secondaire continue de se développer et atteint, au bout de quelque temps, un stade supérieur : le stade tertiaire.

Stade tertiaire : environ jusqu’à 10 à 30 ans après le contact infectant

Le stade tertiaire survient après quelques années de développement (3 à 15 ans après le chancre) si aucun traitement n’est apporté. À ce stade, la maladie peut provoquer des dommages au niveau du système nerveux, aux vaisseaux sanguins, au cœur, au foie, aux yeux et pratiquement tous les organes du corps. À défaut de traitement, la syphilis tertiaire peut causer un certain nombre de difficultés telles que :

  • Des troubles de la vision
  • Un dysfonctionnement érectile
  • Des troubles de la mémoire
  • Un accident vasculaire cérébral
  • Une crise d’épilepsie
  • Des dommages aux articulations
  • Un piètre contrôle musculaire
  • Un dommage aux nerfs du système nerveux
  • Une méningite

La syphilis congénitale : transmission de la mère à son enfant

Elle touche généralement les nouveau-nés pendant les 2e et 3e trimestres de la grossesse. Si la femme en état de grossesse souffre de la syphilis primaire ou secondaire, la maladie peut entraîner un avortement spontané ou au pire des cas, causer la mort du fœtus ou du bébé. Si la maladie n’est pas traitée, elle passe en syphilis latente et cause ainsi des crises d’épilepsie ou bien encore des malformations acquises congénitalement ou après la naissance. La syphilis se traite et les partenaires sexuels doivent également être traités. La maladie nécessite toujours un diagnostic médical et des tests au laboratoire ou par imagerie

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *