Les infections urinaires chez la femme : Causes et Symptômes

Labobio24 infections-urinaires

Très présente chez les femmes, une infection urinaire touche une ou plusieurs parties du système urinaire. Ces parties sont les reins qui assurent la filtration du sang et l’élimination des déchets. Ce sont aussi les uretères, les canaux reliant les reins et la vessie. Il y’a en outre la vessie, le réservoir de l’urine et l’urètre le conduit qui amène l’urine vers l’extérieur. Le plus souvent, c’est à travers des douleurs ou une sensation de brûlure lors de la miction qu’on reconnait les symptômes d’une infection urinaire. Parfois, elles se manifestent par des douleurs abdominales et de la fièvre. La liste des infections urinaires est nombreuse, mais certaines sont plus récurrentes.

Quelles sont les infections urinaires les plus fréquentes ?

Malgré le fait que ces infections touchent les personnes des deux sexes, elles sont plus connues chez les femmes. Cela est lié à l’anatomie de l’organe génital féminin puisque chez la femme les microbes issus des selles peuvent facilement remonter les canaux précités. À ce titre, on peut lister trois types d’infections urinaires qui reviennent le plus souvent, selon la localisation de l’infection.

  • La cystite infectieuse : une inflammationde la vessie provoquée par la prolifération des bactéries intestinales et toujours accompagnée d’une urétrite (l’inflammation de l’urètre) ;
  • L’urétrite infectieuse ou urétrite touchant uniquement l’uretère, infection sexuellement transmissible courante chez l’homme ;
  • La pyélonéphrite, inflammation du bassinet (la cavité du rein collectant les urines et du rein lui-même), plus grave.

Les causes des infections urinaires

En général, l’urine est essentiellement composée d’eau à 96 %, de sels et de composants organiques. Et il existe de nombreux moyens de défense propres au système urinaire. Ce sont le flux urinaire, l’acidité de l’urine, la surface très lisse de l’urètre, la forme des uretères et de la vessie, le système immunitaire, la paroi de la vessie, les sécrétions de la prostate. Cependant, ce qui fait que les personnes n’échappent pas aux infections urinaires malgré l’existence d’un système immunitaire, c’est le fait que certaines bactéries parviennent à « coloniser » le système urinaire.

La contamination bactérienne est souvent facilitée par une mauvaise hydratation. Et comme ce sont la majeure partie des bactéries intestinales, la déshydratation prolongée augmente les risques d’une stagnation des bactéries. Boire beaucoup d’eau est bénéfique puisque ceci entraine un travail des reins et une bonne évacuation des selles et des urines.

Récemment, une étude menée par des chercheurs de l’université de Washington Etats-Unis a confirmé le fait que les rapports sexuels faisaient partie des causes des infections urinaires. La contraction d’une infection urinaire devient plus important au cas où on l’avait déjà eu auparavant par le biais de la même bactérie. Quelle que soit la cause, les symptômes seront les mêmes.

Quels sont les symptômes qui permettent de repérer des infections urinaires ?

  • Parmi les symptômes, on en remarque certains qui sont plus fréquents que d’autres. Les symptômes les plus fréquents sont les douleurs ou des brûlures au moment de la miction, ou bien une fréquence anormalement élevée de mictions aussi bien le jour que la nuit.
  • Une odeur nauséabonde dans les mictions, du sang dans l’urine (parfois), une fièvre sont autant de symptômes qui reflètent des infections urinaires. Il ne faut pas également oublier les douleurs dans le bas du dos, de l’abdomen ou aux organes génitaux.
  • Il peut y avoir également des vomissements et un manque d’appétit conséquent qui sont des symptômes de troubles urinaires, (parfois chez les enfants) mais moins fréquents chez les adultes.

Aujourd’hui, presque toutes les femmes peuvent, une fois dans leur vie, contracter une infection urinaire. Une bonne hygiène peut être un frein à la contraction des infections urinaires ainsi qu’à son développement. Cependant, une bonne hygiène ne doit pas être entendue sous la forme d’un excès d’hygiène. Les organes génitaux ont des structures fragiles. Si vous avez déjà contracté ce genre de maladies ou que ces types d’infections sont récurrents chez vous, il faudrait aussitôt consulter un médecin.

Labobio24 se-protéger-contre-les-infections-urinaires-495x400
Labobio24 laboratory-samples-495x400
Labobio24 bilan-diabétique-A-à-Z-495x400
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *